Ngaz gazo



Suites au combat que livre l’Alliance française de Moroni à Soeuf Elbadawi, suites aux dérives évidentes d’un discours, signifiant que les artistes doivent payer « le prix du silence », en étant rétribué par cette insttuution pour un travail dûment fourni, Washko Ink., principal producteur des œuvres de Soeuf Elbadawi, précise…



Soeuf Elbadawi <p>Journaliste , comédien
Soeuf Elbadawi

Journaliste , comédien

Suites au combat que livre l’Alliance française de Moroni à Soeuf Elbadawi, suites aux dérives évidentes d’un discours, signifiant que les artistes doivent payer « le prix du silence », en étant rétribué par cette insttuution pour un travail dûment fourni, Washko Ink., principal producteur des œuvres de Soeuf Elbadawi, précise…

La présidence du comité de gestion de l’Alliance française de Moroni a publié un texte hier dans la presse comorienne, dans lequel est mentionné le cachet obtenu par le projet Moroni Blues, 3.500 euros, spectacle écrit par Soeuf Elbadawi, et dans lequel il tenait un des principaux rôles. Intéressant ! Cette idée de citer des montants paraissant énormes aux yeux de personnes ignorant comment fonctionne l’économie d’un spectacle. Un spectacle, en l’occurrence, assujetti à d’autres circuits de diffusion de la création, et à d’autres règles que celles régissant les relations entre les artistes comoriens et l’Alliance.

La guerre des chiffres est une stratégie de combat qui peut être efficace en certaines situations. D’aucuns pensent qu’en alignant des zéros sur une table, ils peuvent effectivement démolir ou remettre une conviction en question Washko Ink., principal producteur des projets de Soeuf Elbadawi, tient à préciser qu’elle n’a jamais été subventionnée par l’Alliance française de Moroni. Elle a toujours travaillé en bonne intelligence avec ce lieu, selon des critères de vente et d’achat de produits culturels, s’appliquant partout dans le monde, y compris lorsque Washko Ink. fait programmer le travail de Soeuf Elbadawi à la Réunion ou en France.

Bien souvent, et sur la demande de Soeuf Elbadawi, Washko Ink. a été obligé de faire un effort et de collaborer avec l’Alliance, sans exiger de cachet, et pour que les projets puissent exister. Washko Ink. établissait alors des partenariats, à travers lesquels son engagement financier n’était jamais celle d’une structure assistée et dépendante de l’Alliance française de Moroni. Par ailleurs, son discours s’est toujours évertué à respecter l’un de ses principes fondateurs, à savoir « travailler principalement sur la culture et la citoyenneté ». Création et réalité comorienne sont des notions qui résument bien notre structure. Ce que la direction de l’Alliance a toujours su apprécier par le passé. Ce qui amenait aussi la structure à produire des événements sans trop se prendre au sérieux financièrement, dans la mesure où vouloir rendre l’artistique accessible à un nombre important de citoyens comoriens, en leur offrant des moyens de réfléchir à leur propre réalité, ne rime pas avec la quête d’un profit financier, si important soit-il.

Moroni Blues, l’un des derniers projets défendus par la structure auprès de l’Alliance française, illustre assez bien cet état de fait. Si Soeuf Elbadawi n’avait pas insisté auprès de la production, le spectacle n’aurait pas été à l’affiche à Moroni. Au départ, il s’agissait d’une installation, sur laquelle le directeur de l’Alliance avait pris une option pour 2007, avant de décommander au dernier moment pour raison budgétaire. Puis, il y eut la création à la Réunion du spectacle l’année dernière, également décommandée à l’Alliance au dernier moment par Jérôme Gardon. Or, Soeuf Elbadawi trouvait étrange d’avoir à présenter ce travail ailleurs, à l’étranger, sans pouvoir le montrer à Moroni, d’où est parti le matériau d’inspiration. Parler des comoriens sans que les Comoriens le voient… Moroni Blues était une coproduction réalisée avec BillKiss*, structure française sise à Paris, le Théâtre Les Bambous, de la ville de Saint-Benoît à la Réunion, théâtre conventionné, dédié aux écritures contemporaines. L’ensemble du projet a coûté plus de 46.740.000 francs comoriens. Cette année, l’Alliance française a accepté de faire venir Moroni Blues, cette production à caractère international, alors en tournée régionale, grâce au soutien de la Spedidam en France et du Fonds de Coopération Régionale et du Fonds d’Echanges de la DRAC à la Réunion, à condition de ne pas avoir à assumer le déplacement des comédiens, du metteur en scène et de leur technicien. Il a fallu que la production trouve son financement ailleurs. Cinq français et un comorien, en tout, à venir à Moroni. Ce que les producteurs, Washko Ink., BillKiss* et les Bambous ont accepté par souci de rencontrer le public comorien.

A l’Alliance, Washko Ink., BillKiss* et le Théâtre les Bambous ont ensuite exigé le même cachet qu’ils demandent à tous les lieux ayant programmé le spectacle, à commencer par les salles de la Réunion, et le défraiement des jours de présence induits, le tout en accord avec la législation française du spectacle, et avec els exigences du spectacle lui-même. L’obsession de Soeuf Elbadawi était de faire voir ce travail à Moroni. Il a eu raison, puisqu’il y a eu trois cents personnes à l’intérieur de la salle, dont certaines debout, et près de la moitié à l’extérieur, demandant à rentrer, le soir de la représentation. Ce qui a failli causer une petite émeute. Ajoutons-y le stage gracieusement dispensé par le metteur en scène du spectacle Moroni Blues, Robin Frédéric, à des jeunes comédiens comoriens, au nom de Washko Ink. et de l’Alliance française de Moroni. Précisons que Moroni Blues n’est pas un spectacle de la compagnie O Mcezo*. Moroni Blues était un projet parlant des Comores, avec le texte d’un auteur comorien, monté en coproduction avec une structure comorienne, intégrant un comédien comorien, mais que Moroni Blues reste une production internationale, ne dépendant nullement du seul Soeuf Elbadawi. Sans BillKiss* à Paris et le Théâtre Les Bambous à Saint-Benoit, il n’y aurait pas eu de Moroni Blues. Ce spectacle a par ailleurs été programmé à l’Alliance comme les nombreuses tournées internationales que l’institution française à Moroni a accueillie dans ses murs. Avec l’idée, il est vrai, que le rôle d’une Alliance dans un pays tiers est aussi de cultiver la réciprocité culturelle.

Contact
Washko Ink. || Cie O Mcezo*
B.P. 5357 Moroni - Union des Comores - Téléphone : 00 (269) 3203048 E-mail : omcezo@yahoo.fr


Rédigé le Vendredi 5 Juin 2009 à 16:05 | Lu 904 fois


Washko Ink

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le forum est modéré a posteriori, tout message inadapté (agressif, idiot, publicitaire) sera effacé.



Rejoignez le Média des Comoriens du Monde